Les Années drogue
 

© France 5  
 
Un documentaire de Sylvain Bergère (2003), coproduit par MK2 TV et INA Entreprise.
52 min

jeudi 29 avril 2004, 15 h 45
 

L’émission
Ce documentaire étudie l’usage de la drogue dans une perspective historique. Le récit d’Emmanuelle Retaillaud-Bajac, agrégée d’histoire et spécialiste de la question, permet de comprendre le lien entre la consommation de drogue et le contexte historique et social : consommée depuis la préhistoire, c’est au XIXe siècle que la drogue devient un concept. Selon les époques, son utilisation est considérée comme un moyen thérapeutique, une mode, un acte politique ou une libération qui favorise la créativité. Le document analyse les conceptions de la drogue dans les milieux artistiques des XIXe et XXe siècles, évoquant Baudelaire et ses « paradis artificiels », montrant le tournant des années 1960 où le regard sur la drogue change : dans le contexte de Mai 68, elle est perçue par certains groupes sociaux comme libératrice, expression d’une contre-culture. La rupture concerne également les sujets qui deviennent dépendants : ce sont désormais des jeunes. La consommation de drogue est aussi liée à la guerre : première guerre mondiale, mais surtout guerre du Viêtnam, durant laquelle l’héroïne fait des ravages parmi les soldats.
Les années 1980 consacrent la performance à tous les niveaux dans une société où les grandes idéologies ont disparu : la drogue est utilisée comme moyen de dopage ou pour fuir anxiété et solitude. Le document se termine sur un paradoxe : les toxicomanes réclament le droit de se droguer pour le plaisir et au nom de la liberté, alors que la drogue les conduit à la souffrance et à la dépendance.
L’intérêt pédagogique est lié tout d’abord au sujet, très original, qui permet de porter un regard historique sur le phénomène de la drogue et de la mettre en perspective. Cette prise de distance favorise la réflexion sur les origines de la prise de substances, illicites ou non, et sur ses conséquences. L’individu est ainsi replacé dans la société et dans un contexte historique précis : qu’en est-il alors de son libre arbitre ? Se droguer n’apparaît plus comme un choix individuel mais comme un phénomène de société. La question est soulevée et mérite un débat. D’autre part, le document s’appuie sur des images d’archives et des extraits de films témoignant de l’évolution de la société. Ces images ponctuent agréablement les interventions de médecins, psychiatres, et philosophes au ton plus magistral, mais au contenu très ciblé : le résultat est un document très dynamique, riche, qui fait le bilan de l’usage des drogues dans la société depuis le XIXe siècle.
La démarche
Définir la notion de drogue
[ECJS, 2de]
Ce n’est qu’à partir du XIXe siècle que le mot drogue prend son sens actuel : une substance habituellement illicite dont la consommation modifie l’état de conscience et/ou les performances physiologiques. La consommation de ce type de produit est très ancienne et n’est pas toujours condamnée. Tout dépend de l’époque, de la société et du contexte : par exemple, prescrit par un médecin ou auto-administré, un même produit sera considéré comme un médicament ou une drogue.
À partir de l’ensemble du document, chercher à définir la notion de drogue, montrer que la limite entre médicament et drogue est parfois floue (en particulier en ce qui concerne le dopage, intellectuel ou sportif). Montrer que l’utilisation plus ou moins licite des drogues varie en fonction du statut de l’individu (patient, artiste...).
Drogue : plaisir, liberté, source de créativité ou réponse à la souffrance et à la solitude, qui conduit inexorablement à la dépendance ?
Relever les mots associés à la drogue et les classer, en déduire des perceptions différentes de la drogue pour lesquelles les acteurs seront identifiés. Quel paradoxe essentiel peut-on relever ?

Du rêve...
... à la réalité
Plaisir, ivresse, stimulant, performance.
Oublier un mal-être : refuge, masque, fuite.
Liberté, libération.
Le renforcer : souffrance, manque, solitude.
Créativité, fascination, hallucination.
S’autodétruire : dépendance, intoxication, destruction, mort.

À partir de l’ensemble du document, relever les différents rapports à la consommation de drogue, construire une frise chronologique mettant en relation usage de la drogue et événements historiques.
L’usage de la drogue dans l’histoire
[ECJS, 2de ; ECJS et SES, 1re ; histoire, Tle]
Relever pour chaque période historique abordée la façon dont la drogue est considérée par la société et ceux qui la consomment.
Après l’opium au XVIIIe siècle, au XIXe siècle, la morphine est tout d’abord considérée comme un antalgique miracle, puis, rapidement, son usage comme modificateur de conscience se développe.
Dans les années 1930-1940, noter que la drogue est liée au monde de la nuit, qu’elle séduit beaucoup d’écrivains et d’artistes. Noter cependant qu’elle est considérée comme une forme de décadence par Drieu la Rochelle, qui défend l’idéologie fasciste.
Observer le changement radical qui s’opère dans les années 1950-1960 : certains groupes sociaux portent un regard positif sur la drogue. Montrer quels sont ces groupes sociaux et la place qu’ils donnent à la drogue. En particulier, chercher à comprendre le lien entre drogue et art.
Dans l’esprit de Mai 68, la consommation de drogue devient un geste politique et l’affirmation d’une contre-culture. Montrer en quoi cet esprit de Mai 68 favorise la consommation de drogue : recherche du plaisir, refus de l’interdit, action subversive, contestation des valeurs de la société, fuite de la réalité, expérience nouvelle... Rechercher dans le manuel de SES la définition de contre-culture et l’époque à laquelle cette expression est apparue. La consommation de drogue dans les années 1960 a-t-elle un caractère qui l’apparente à une contre-culture ou à une sous-culture ? Relever les valeurs contestées et celles que défend ce mouvement culturel. 
Observer les conséquences de cette nouvelle consommation de drogue : multiplication des overdoses et du nombre de dépendants à la drogue.
La guerre du Viêtnam : les soldats qui reviennent sont des toxicomanes, considérés comme des « déchets sociaux ». Opposer cette conception à celle de Mai 68. Montrer comment l’héroïne est utilisée pendant la guerre.
La drogue aujourd’hui
[ECJS, 2de ; ECJS, SES et option sciences politiques, 1re ; histoire, Tle]
L’usage des drogues aujourd’hui est-il un phénomène de société en réponse à la fin des grandes idéologies ?
L’usage toléré (ou valorisé) de la drogue dans certains groupes sociaux montre une norme sociale s’écartant fortement de la norme juridique. À l’aide du texte proposé en document d’accompagnement, s’interroger sur la façon dont les sociétés et les institutions gèrent ces contradictions, avec quelles conséquences ?
Lister les caractéristiques de la société qui peuvent expliquer l’angoisse et l’anxiété ressenties par une partie de la population. Les expliquer à partir des connaissances acquises en cours.
La fin des idéologies, en particulier religieuses, dans notre société est-elle responsable d’une consommation accrue de drogue chez les jeunes ? Une société individualiste qui prône la performance et le plaisir immédiat conduit-elle à la recherche de l’ivresse et à l’oubli dans le dopage par l’utilisation de substances illicites ? C’est une analyse proposée dans ce document, qui mérite qu’on s’y attarde en discutant ces affirmations.
La drogue apparaît parfois comme un phénomène de groupe dans lequel on verse par conformisme ou ritualisme. Relever les caractéristiques de la consommation de drogue qui en font une pratique socialisante. En montrer les limites.
À partir de ces éléments, dresser un portrait de la société de la fin du XXe siècle puis mettre en relation avec les usages de la drogue.
La drogue et la mort
[ECJS, 2de]
Alors que l’homme côtoyait souvent la mort jusqu’au siècle dernier, progressivement, notre société la rejette et cherche à l’ignorer. Cette évolution culturelle peut être reliée à un nouvel usage des drogues.
Souligner les changements opérés dans la société dans sa conception de la mort. S’interroger sur le lien avec la consommation de drogue, qui peut être considérée comme un jeu inconscient avec la mort. Ce point de vue peut être un angle intéressant pour débattre avec des jeunes, en approfondissant la recherche dans le domaine psychologique.
Le marché mondial de la drogue
[ECJS, 2de ; géographie, Tle]
Élargir par une recherche sur le marché mondial de la drogue : en effet, les producteurs et les narcotrafiquants ne sont pas du tout abordés ici, le sujet restant centré sur les usagers. Dans le cadre de la mondialisation, localiser les lieux de production et de consommation à mettre en relation avec les inégalités de développement et l’importance de l’économie informelle dans les pays en développement.
Le document
De la drogue criminalisée à la drogue contrôlée
La drogue constitue un réel danger pour la santé et pour l’ordre public. On sait depuis longtemps qu’il est un lien étroit entre la limitation des consommations de drogues et la réduction des activités criminelles. Aux approches directes, il faut mêler les approches dites « indirectes ». Non pas s’en remettre à la loi pour nous débarrasser des drogues, mais contrôler étroitement, et par tous les moyens possibles, leur production, leur distribution et leur consommation. Bref, passer d’une surveillance essentiellement confiée à la police et à la justice à un contrôle sociétal.
Au sens où nous employons ce terme, le contrôle a deux visages, l’un de répression et de sanction, l’autre de cohésion et de coopération. Invoquer le « contrôle », c’est expliciter l’ensemble des pressions que l’on peut exercer sur le drogué, pour lui faire abandonner ses conduites et lui en faire adopter de nouvelles. Il n’est pas de « liberté » dans l’entrée en drogue. Les pressions sont premières. C’est par un subtil jeu d’imposition sociale qu’on a accès à l’univers clos des drogués, [...] c’est par d’autres pressions encore que l’on s’y enfonce [...].
Mais à qui revient-il de contrôler la drogue et les drogués ? [...]. L’État s’en remit d’abord à la diligence des médecins, dont le discours était seul légitime. Puis à celle, plus musclée, des policiers et des juges. Depuis les années 1960, c’est la grande cacophonie [...]. Or, la drogue déferle toujours sur le monde, comme jamais elle ne l’a fait... [...]
Le contrôle des drogues suppose un maillage étroit de ceux qui, à quelque titre que ce soit, sont concernés. Au premier chef, les réseaux immédiats, famille ou quartier, jusques et y compris les associations de drogués [...]. Dans un second cercle, ce sont les institutions unies par une politique commune : la police et la justice, l’école et les lieux de formation, les instances de soin, les dispositifs d’action sociale et le monde du travail. [...]
Les politiques de l’Occident sont prises dans un curieux mouvement de balancier. L’engouement fleurit-il ? Les politiques donnent de la voix, les tribunaux condamnent. Une contre-réaction s’amorce, qui hurle à l’arbitraire et invoque la liberté. Puis l’engouement s’éteint.[ ...] Les politiciens tour à tour s’inquiètent et se rassurent, glissent de la répression à la compréhension, passent de la brutalité au laxisme. Il est temps, désormais, d’arrêter un pendule qui fait osciller les drogues entre la maladie et le crime. Il faut se résigner : il n’est pas de solution finale, ni douce ni violente. Après la grande épidémie des années soixante, on sait qu’il s’illusionne celui qui s’acharne à rayer les vertigineux poisons de notre vie. Il ne faut jamais que traiter, de façon précaire, un problème appelé à renaître sans cesse, sous des visages nouveaux. Exiger « un monde sans drogue » [...], c’est proférer une aberration. Le dragon renaîtra toujours de ses cendres. Plutôt que d’espérer l’anéantir, mieux vaut le dresser.

Christian Bachmann et Anne Coppel,
La Drogue dans le monde, hier et aujourd’hui,
Albin Michel, coll. « Points actuels », 1991, p. 601 à 608.
Pour en savoir plus
DESCO, ministère de l'Éducation nationale, Lutte contre la drogue et prévention des dépendances, vers un dispositif en réseau, CNDP, 2002. Notice.
DESCO, Dépendances et conduites à risque à l'adolescence, CRDP de l'académie de Versailles, 2002. Notice.
BERGER Guy, LESELBAUM Nelly, La Prévention des toxicomanies en milieu scolaire, CRDP de Languedoc-Roussillon, 2002. Notice.
BEAUCHESNE Line, Comment parler des drogues à nos enfants : guide pratique, Méridien, 2003.
ESCOHOTADO Antonio, Histoire élémentaire des drogues, Lézard, 1995.
RETAILLAUD-BAJAC Emmanuelle, Les Drogues : une passion maudite, Gallimard, 2002. Un ouvrage adapté aux élèves.
CHOUVY Pierre-Arnaud, LANIEL Laurent (dir.), « Géopolitique des drogues illicites », Hérodote, n° 112, 1er trimestre 2004.
« Le dossier de la drogue », L’Histoire, n° 266, juin 2002. Sommaire.
www.histoire.presse.fr/

Je vais bien, tout va bien : les conduites à risques. BÉGUINET Christian. CRDP de la Réunion, 1999. VHS : 37 min. Notice.

La Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie : les principaux produits, leurs effets et les risques encourus, très accessible aux élèves.
www.drogues.gouv.fr/
Sur le site de France 5, un dossier Drogues et dépendances offre de nombreuses informations sur les drogues, leur action, leur usage et ses conséquences.
www.france5.fr/
L'Observatoire français des drogues et des toxicomanies met en ligne des informations scientifiques et statistiques sur les phénomènes liés à la consommation de substances psychoactives, licites ou illicites, en France.
www.ofdt.fr/
Les rapports de l’Observatoire géopolitique des drogues de 1995 à 2000 : permet d’aborder le problème à l’échelle mondiale, avec des analyses par État.
www.ogd.org/
Le marché mondial de la drogue : aspects socioéconomiques, géographiques et éthiques. Nombreuses définitions organisées par thèmes par Sylvain Genevoix dans le cadre d’un stage académique.
www2.ac-lyon.fr/
Un site propose de nombreuses cartes sur les espaces de la drogue.
www.pa-chouvy.org/

Anne Philippon, professeur d’histoire et de géographie




© SCÉRÉN - CNDP
Créé en avril 2004  - Tous droits réservés. Limitation à l'usage non commercial, privé ou scolaire.