Les cahiers de Ville-École-Intégration
Passerelles en quinze langues (BIS)
Évaluation-lecture en langue d'origine cycles II et III
 

 
 
 
En complément du premier numéro de Passerelles en quinze langues voici Passerelles (BIS) pour 14 nouvelles langues…
Ces nouvelles traductions ont été réalisées à l’initiative de Nathalie Deruguine (co-auteur du premier ouvrage avec Jean-Charles Rafoni).

Les quinze premières langues, la traduction française des fiches et les modalités de passation des tests sont disponibles dans Passerelles en quinze langues : évaluation-lecture en langue d’origine (cycles II et III).



Ces deux ouvrages constituent deux outils complémentaires permettant d'évaluer les compétences en lecture, dans leur langue d'origine, des élèves nouvellement arrivés en France. Évaluation diagnostique au moyen de fiches en 29 langues différentes.

Chacun des nouveaux tests est téléchargeable au format PDF.
Tests en langue d'origine
Albanais
Test 1 (PDF, 279 ko)
Test 2A (PDF, 181 ko)
Test 2B (PDF, 134 ko)

Arménien
Test 1 (PDF, 228 ko)
Test 2A (PDF, 80 ko)
Test 2B (PDF, 116 ko)

Bosniaque
Test 1 (PDF, 230 ko)
Test 2A (PDF, 87 ko)
Test 2B (PDF, 119 ko)

Bulgare
Test 1 (PDF, 265 ko)
Test 2A (PDF, 136 ko)
Test 2B (PDF, 161 ko)

Créole
Test 1 (PDF, 208 ko)
Test 2A (PDF, 57 ko)
Test 2B (PDF, 95 ko)

Géorgien
Test 1 (PDF, 524 ko)
Test 2A (PDF, 928 ko)
Test 2B (PDF, 1 Mo)

Hindi
Test 1 (PDF, 224 ko)
Test 2A (PDF, 82 ko)
Test 2B (PDF, 104 ko)

Khmer
Test 1 (PDF, 226 ko)
Test 2A (PDF, 82 ko)
Test 2B (PDF, 111 ko)

Mongol
Test 1 (PDF, 140 ko)
Test 2A (PDF, 42 ko)
Test 2B (PDF, 30 ko)

Ourdou
Test 1 (PDF, 230 ko)
Test 2A (PDF, 100 ko)
Test 2B (PDF, 126 ko)

Slovaque
Test 1 (PDF, 208 ko)
Test 2A (PDF, 85 ko)
Test 2B (PDF, 119 ko)

Tagalog
Test 1 (PDF, 209 ko)
Test 2A (PDF, 55 ko)
Test 2B (PDF, 96 ko)

Thai
Test 1 (PDF, 242 ko)
Test 2A (PDF, 140 ko)
Test 2B (PDF, 121 ko)

Ukrainien
Test 1 (PDF, 278 ko)
Test 2A (PDF, 135 ko)
Test 2B (PDF, 162 ko)

Extrait de Passerelles en quinze langues
LES OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES
Tout élève nouvellement arrivé qui n'a pas le français comme langue maternelle doit pouvoir bénéficier à l'école d'une première évaluation diagnostique portant sur ses connaissances scolaires antérieures.
Cet outil d'évaluation-lecture, nécessairement incomplet en raison de l'hétérogénéité des élèves (près de 90 nationalités recensées dans le 1er degré) et des variantes dialectales parlées dans les familles (l'arabe officiel peut être ignoré par des arabophones comme le mandarin par des chinois), permettra néanmoins de situer globalement les élèves par rapport aux attentes de notre système éducatif.
Il éclairera l'enseignant sur les parcours scolaires antérieurs et facilitera la mise en place de stratégies pédagogiques adaptées pour l'apprentissage progressif du français écrit.
Élèves lecteurs ou non-lecteurs dans leur propre langue
Certains élèves sont lecteurs experts dans leur propre langue alors que d'autres sont restés au stade du déchiffrage. D'autres encore, très jeunes ou non scolarisés, n'ont pas même l'idée qu'une trace écrite puisse renvoyer à un encodage de leur langue. Il s'agit donc de distinguer les lecteurs en langue d'origine des non-lecteurs et, pour les premiers, les experts (cycle III) des débutants (cycle II).

Ces tests répondent à cette attente. Ils ont été conçus pour nous permettre d'identifier le degré de familiarisation avec l'écrit d'un jeune lecteur dans sa langue maternelle: savoir que la maîtrise du code n'est pas encore automatisée pour tel lecteur débutant, que son exposition aux textes a été insuffisante et que les procédures d'accès au sens demeurent pour lui très coûteuses et peu productives ; savoir au contraire que tel autre, lecteur expert, a suffisamment acquis d'automatismes pour que la reconnaissance des mots et des phrases s'active immédiatement, permettant une compréhension fine de textes de niveau nettement plus élaboré. Pour l'un comme pour l'autre, les supports et démarches pédagogiques visant à l'acquisition du français écrit resteront bien spécifiques.
Élèves lecteurs ou non sur caractères latins
Parmi les élèves lecteurs dans leur langue maternelle, il conviendra de distinguer ceux qui utilisent l'alphabet latin de ceux qui emploient d'autres écritures (alphabet arabe, cyrillique, idéogrammes chinois, etc.). Ce principe d'ordre didactique s'explique en raison de modalités d'entrée différentes dans le français écrit : chez les premiers, la connaissance des lettres étant acquise, les difficultés liées aux différences de codage graphophonologique s'amenuiseront au fur et à mesure que les élèves discrimineront, avec l'usage, les sons du français dans la langue parlée (la lettre u se prononcera /ou/ chez les hispanophones, puis très rapidement /u/ comme dans la rue, j'ai vu, le bus, etc.). Chez les seconds, par contre, l'expérience initiale de la lecture (ses stratégies, ses fonctionnalités, ses entrées culturelles) les différencieront des non-lecteurs mais ne les dispenseront en aucune façon de réapprendre à lire sur l'alphabet latin. Les procédures et les rythmes d'acquisition seront beaucoup plus rapides mais les modalités pédagogiques relèveront d'un même tronc commun de compétences…. /…

© SCÉRÉN - CNDP
Créé en octobre 2008 - Tous droits réservés. Limitation à l'usage non commercial, privé ou scolaire.