Histoires de loups

Sommaire
 
Présentation
 
Pistes pédagogiques
Séquence d'introduction
Les albums
Autres séquences
Transversales
 
Une illustration audiovisuelle
 
Sélection documentaire
 
À propos de ce dossier
 
Documents
contenu
Fabliette du mouton
Présentation


Le DVD Histoires de loups de la collection « Raconte-moi... » (voir les titres et des extraits vidéo) est constitué de trois heures d’images fixes ou animées dans lesquelles on peut puiser comme dans une banque de données, naviguer à sa guise, ou encore, mettre en rapport différentes séquences ou modalités de représentation du loup et de ses histoires.
Il est composé de nombreux modules 1 qu’il sera difficile « d’épuiser », sauf à parler du loup toute l’année !

Ce dossier a pour objectif de mettre en lumière quelques usages possibles – sans entrer dans une approche thématique – au service d’apprentissages 2 variés et transversaux, dans les domaines de la lecture et de l'interprétation des images, du langage, de la découverte du monde, des sciences (accès à des reportages scientifiques) et de l’éducation artistique.

Il propose des exploitations séquence par séquence, pour suggérer ensuite des approches plus transversales en circulant à travers les textes et les images.

Ces Histoires de loups font suite aux Ogres, monstres, sorcières et fantômes qui hantaient le premier DVD de la collection « Raconte-moi... ».
Le DVD s’inscrit dans le cadre éditorial du SCÉRÉN-CNDP. Ainsi, les collections de DVD Dévédoc et Eden Cinéma(www.artsculture.education.fr/) témoignent d’une volonté de mettre à la disposition des enseignants des produits audiovisuels originaux sur un support offrant une qualité d’image remarquable et dont la souplesse d’utilisation (interactivité, navigation) permet de nombreuses possibilités d’exploitation en classe.
Un dossier, publié par les Dossiers de l’ingénierie éducative, propose quatre articles qui donnent des points de vue croisés sur les atouts des DVD.


Pistes pédagogiques

Les pistes pédagogiques proposées dans ce dossier ne s’adressent pas à un niveau de classe en particulier, tant les cas de figure sont variables du cycle 1 au cycle 3. Les maîtres pourront s’inspirer de tout ou partie de celles-ci en fonction du contexte de leur classe et des compétences qu’ils souhaitent développer chez les élèves.

Histoires de loups, c’est d’abord une banque d’images variées stockées et organisées sur un support unique. Il est donc possible de n’exploiter qu’une partie de son contenu : c’est ce que proposent les rubriques « Séquence d’introduction », « Les albums » et « Autres séquences ».
Si on souhaite aborder plus globalement le DVD, on trouvera dans la rubrique « Transversales » des activités qui questionnent différentes séquences et proposent des mises en relation.
Séquence d’introduction
  • Mise en évidence de la fonction de cette séquence en deux parties
  • Installation de la notion d’arborescence et production d’écrits fonctionnels
Les albums
  • Installation de la notion d’ordre aléatoire et mise en évidence de l’organisation interne du DVD (rubriques, navigation, interactivité, etc.)
  • Propositions d’activités pour chaque album (guides pédagogiques)
Autres séquences : fables, poésies, reportages, contes, théâtre, images...
  • Mises en perspective des différents procédés de représentation du loup (aspects culturels, esthétiques et scientifiques)
  • Recherche documentaire
Transversales
  • Mises en perspective des albums (récits), des images et des textes (portraits)
  • Catégorisation des images (2D/3D, documentaire/fiction, dessins, photographies, etc.)
  • Du texte aux images : portraits de loups
Séquence d'introduction
L’univers du DVD
Entrer dans l’univers du DVD avec cette première partie et s’interroger sur sa fonction (voir la séquence vidéo - Média Player, 6 Mo).



L’identification au héros
Ébaucher une réflexion sur la notion d’identification 1 des enfants spectateurs au héros qu’on retrouve dans chaque DVD et qui conduit à l’arbre aux livres.

Mettre cette séquence introductive en perspective avec les bandes-annonces vues à la télévision (films, émissions de variétés ou documentaires) et faire ressortir les procédés destinés à donner à la fois des informations sur des films ou des émissions de variété et l’envie de voir ces documents télévisuels.
En s’intéressant également aux publicités pour enfants, montrer que l’identification (personnages, situations) est un procédé récurrent employé par les publicitaires.
Univers de référence
Faire entrer les enfants dans l'univers (fictionnel et documentaire) proposé par les auteurs.
Le personnage de l'introduction étant également présent dans le DVD précédent (Ogres, monstres, sorcières et fantômes - Media Player, 5 Mo) et dans le DVD suivant (Vivre ensemble - Media Player, 7 Mo), on s'interrogera sur son rôle. Émettre des hypothèses, les confronter entre elles et montrer comment ce personnage fait le lien entre les DVD de la collection.
Imaginer le contenu du DVD à partir de cette séquence en s'appuyant sur les représentations des enfants (univers de référence du spectateur). Quelle « image » donne-t-elle du loup ?
En mettant la séquence en perspective avec la jaquette du DVD ou des premières de couverture d'albums de littérature pour la jeunesse, montrer l'importance des enrichissements apportés par la bande-son.
Voix-in, voix-off ?
À la fin de la séquence, une voix off (in ?) s’adresse au personnage. S’interroger sur cette voix : pourquoi s’adresse-t-elle à lui comme si elle le connaissait déjà ? Le « personnage » est-il présent à l’écran (voix in) ou absent (voix off) ?
L’arbre aux livres
Installer la notion d’arborescence et rédiger un mode d’emploi avec cette deuxième séquence qui nous fournit les clés du DVD.

À la fin de la première séquence, le personnage disparaît et nous nous retrouvons à l’intérieur de l’arbre aux livres, lieu de la connaissance. En exploitant les informations fournies par les images et par la voix off (in ?), on peut mettre en place avec les enfants différentes activités, notamment des classements, mais aussi un travail de réflexion sur les images proposées.

  • Repérer collectivement les différentes possibilités qui sont offertes au héros (il va bientôt laisser sa place à l’enfant ou à l’adulte qui va prendre en main la télécommande). Dresser un inventaire au tableau ; nommer, renommer les différents espaces.
  • Produire individuellement un texte fonctionnel : rédiger un premier mode d’emploi (à faire évoluer au fur et à mesure que l’on progresse dans le DVD) qui puisse servir d’aide-mémoire à partir des informations collectées précédemment. Confronter les productions des élèves, les mettre en commun pour arrêter un mode d’emploi simple et cohérent (les enfants pourront se référer à ce document tant qu'ils ne seront pas familiarisés avec la navigation dans le DVD).
  • Produire collectivement une ébauche de plan du contenu du DVD (premier niveau) et installer la notion d’arborescence et de navigation. On pourra se référer au tableau Organisation, contenus et nature des images proposées par le DVD « Histoires de loups ».


Les albums
Les albums dans le coffre
Installer la notion d’ordre aléatoire (désordre du coffre ?) et mettre en évidence l’organisation interne du DVD.

Il est possible d’accéder de manière aléatoire aux albums en entrant par le coffre. Les DVD, comme les cédéroms, permettent une approche (accès) non linéaire de leurs contenus. La partie « coffre » met en évidence, de manière paradoxale, l’organisation interne des contenus d’un tel produit. Les modules du DVD sont structurés par les différentes salles ou rubriques (comme un sommaire) ; un clic sur une de ces entrées dirige l’utilisateur vers le module choisi (album, conte, fable, etc.). Dans le coffre, c’est un « programme » qui fait apparaître de façon aléatoire tel ou tel album, sans que l’élève agisse.

  • Montrer le caractère aléatoire de l’apparition des albums en cliquant sur le coffre à différentes reprises. Faire réfléchir les élèves sur ce cas particulier et le confronter à d’autres modalités de « rangement ». On s’interrogera, par exemple, sur le classement des mots d’un dictionnaire (ordre alphabétique), sur l’ordonnancement des lettres d’un clavier (ordre ergonomique) et sur celui des livres dans la BCD de l’école.
Il est possible de mettre en perspective cette approche avec le scénario pédagogique portant sur le cédérom « Alphabet » qui propose une démarche analogue.
Les albums dans la bibliothèque
Proposer des activités pour chaque album.

Ces albums ont été édités sur trois cassettes vidéo de la collection « Raconte-moi... ». Ils ont fait l’objet de notices et de documents d'accompagnement spécifiques proposant des activités qui peuvent toutes être réinvesties en profitant des avantages du support DVD.

Ces documents sont accessibles ci-dessous :



  • Histoires de loups
  • Adorables voyous et petites chipies
  • Grands héros et petites peurs

On notera également, a contrario de l’accès par le coffre, que les albums sont ici affichés à partir d’actions (clics) sur la souris ou la télécommande. Des activités pourront donc être proposées dans ce registre.
  • Reprendre la démarche précédente (coffre) pour mettre en évidence la notion de choix, à travers la navigation de ce module. À la fin de chaque album, une barre d’icônes permet de se déplacer dans les différents espaces du DVD.
  • Identifier les différentes icônes et leur associer des fonctions.
Autres séquences
La bibliothèque : fables, poésies
S’intéresser aux aspects esthétiques et poétiques. Mettre en scène des dessins.

Ces deux modules sont des créations originales du DVD. Des fables de La Fontaine, illustrées par des images en mouvement, sont mises en voix et en textes (le texte défile à l’écran au rythme de la diction).

De courtes poésies, mises en voix par des enfants, s’animent grâce à des dessins et des textes qui tournoient en tous sens.



  • S’intéresser aux aspects graphiques de ces modules et montrer comment, à partir d'un travail graphique et d'expression vocale, il est possible de mettre en scène une poésie (voir la rubrique Une illustration audiovisuelle).
  • Exploiter les arrêts sur images pour « lire » les textes à l’écran avec les enfants non lecteurs.
  • Développer des compétences dans le domaine des arts plastiques. Voir la démarche proposée par le scénario pédagogique portant sur le cédérom « Le Théâtre de minuit ».
La bibliothèque : images
Associer des images à des séquences et faire travailler la mémoire visuelle.

Cette partie recense des images présentes dans tous les modules du DVD. C’est une sorte de jeu, proposé aux enfants pour retrouver les différents héros et les associer à des séquences (aux albums par exemple). Cette activité apparemment « ludique » nécessite en fait une bonne maîtrise du contenu du DVD. Elle permet de faire travailler la mémoire visuelle des enfants mais aussi de naviguer de manière complexe dans les différents modules.



  • Laisser les élèves naviguer librement à partir de cette séquence. Les faire verbaliser leurs propres parcours et expliciter leurs choix de navigation (association d’idées, association d’images).
La salle des reportages
Mettre en place des situations de recherche documentaire et installer une démarche réflexive sur les documents proposés.

La salle des reportages propose cinq modules d’images documentaires qui nous informent sur la vie et les mœurs du loup. On pourra donc y puiser des renseignements scientifiques permettant d’avoir une bonne connaissance de cet animal. Ce module se distingue des autres par la nature même des images qu’il propose (images du réel).



  • Confronter les représentations des élèves aux informations délivrées par les cinq modules. Relever dans les représentations des élèves celles qui ont été influencées par les loups de « fiction » (dans les albums par exemple). Distinguer réalité et fiction.
  • Que nous apprend chacun des modules ? Distinguer les informations données par les images et celles délivrées par le commentaire. Montrer en quoi certaines images sont redondantes ou complémentaires de ce commentaire.
  • En fonction du niveau et du contexte de la classe, proposer un questionnaire individuel qui engage les élèves à rechercher des informations contenues dans ces modules en naviguant à leur guise.
La salle des contes
S’interroger sur les images proposées et leur rapport au réel.

Faire venir un conteur dans une salle de classe n’est pas toujours possible ; la présence d’un conteur dans le DVD est donc intéressante d’autant plus que les contes peuvent être vus et entendus plusieurs fois. Nous n’assistons pas à la simple lecture ou déclamation d’un texte préalablement écrit et destiné à être dit, mais à un texte joué dans un décor qui combine des images de synthèse et des images du réel. On pourra ici s’interroger sur la question du rapport au réel dans les images. Pour la méthodologie, on peut s’inspirer de la troisième séquence du scénario pédagogique portant sur un dessin de Victor Hugo.

La salle de spectacle
Effectuer des rapprochements de mise en scène et confronter des procédés d’animation.

La salle de spectacle donne à voir deux histoires dont l’une propose une représentation particulière (théâtre de papier) du Loup sentimental. Une icône suggère un rapprochement avec ce titre disponible dans les albums du DVD.




  • Mettre en rapport la représentation théâtrale et l’album en version animée.
  • Confronter des procédés d’animation : comment sont animés les personnages dans chacune des histoires ? (Les élèves, d’une part, ont accès aux coulisses du castelet et, d’autre part, peuvent lire Secrets de fabrique, article de la réalisatrice Monique Perriaut qui explique le procédé d’animation des albums).
  • Établir les différences/ressemblances entre les deux histoires du point de vue de la bande-son : voix, bruitages, musique.



Transversales
La véritable spécificité des DVD réside dans le fait que la circulation entre les différents modules ou séquences y est aisée. Cette fluidité est facilitée par différentes icônes qui permettent le passage entre espaces, entre images, entre textes, etc.
On pourra donc mettre en perspective les images et les textes proposés par les différentes séquences pour effectuer des rapprochements sur les diverses modalités de représentation du loup (récit, portrait).
Circuler entre les albums animés
Le DVD Histoires de loups propose dix albums sur le même thème, mais dans des univers graphiques différents (univers des illustrateurs, mais aussi univers des réalisateurs qui ont animé leurs images).







  • Inventorier les différents albums proposés, s’intéresser aux modalités de représentation des héros ; les classer selon que les loups y ont figure du réel ou figure « humaine ». Rechercher et nommer les éléments, dans l’image et dans la bande-son, qui attestent ces classements. Installer la notion d’anthropomorphisme. Mettre, le cas échéant, en perspective avec le commentaire qui accompagne les reportages et plus généralement avec les commentaires des documentaires animaliers.
  • Repérer les albums ayant pour héros un même personnage. Visionner et/ou repérer le nom de l’auteur pour vérifier. Installer la notion de série, de suite 1.
  • Les images de la séquence d’introduction nous donnent une idée de l’univers (convenu) dans lequel évolue le loup. Quels albums reprennent cet univers ?
Circuler entre les images
Le DVD propose un panel quasi exhaustif des différents types d’images fixes et d’images animées, du dessin d’enfant mis en scène jusqu’aux images numériques de l’introduction en 3D. On pourra donc facilement ébaucher une réflexion sur la nature de ces différentes images. Pour obtenir des informations sur les images numériques, on pourra se référer au numéro des Dossiers de l’ingénierie éducative consacré à ce sujet.



  • Repérer, inventorier, catégoriser les différents types d’images (2D, 3D, virtuelles, numériques, du réel, etc.).
  • Trier les images selon qu’elles relèvent de la fiction ou du documentaire. Y a-t-il correspondance avec les différentes catégories précédentes ?
  • Installer la notion de représenté/représentation (sujet traité par le scénario pédagogique portant sur un dessin de Victor Hugo).
À l’heure des images « numériques », il ne sera pas toujours facile d’effectuer ces classements et catégorisations. À titre d’exemple, on s’intéressera en particulier à la représentation de la salle des contes. Distinguer le décor (image virtuelle) et le conteur (image du réel).
  • Mettre en perspective avec des images d’émissions télévisées qui utilisent ce procédé (par exemple, la météo).
  • Installer la notion « d’incrustation » qui permet de dissocier/associer des images différentes.
Circuler entre les textes et les images : portraits de loups
Le DVD reprend deux fables de La Fontaine. Dans « Le loup et l’agneau », La Fontaine nous propose un loup qui ne s’embarrasse pas de « morale », la raison du plus fort étant toujours la meilleure ! Dans « Le loup et le chien », il nous présente un loup qui préfère la liberté avec ses contraintes plutôt que la servitude avec ses plaisirs.



  • Dresser le portrait des différentes figures de loups qui nous sont proposées dans les albums (ou dans les images des poésies) et les mettre en perspective avec les loups des reportages.
  • Proposer pour les albums la rédaction de « morales », à la manière des fables de La Fontaine, lorsque cela a du sens.

Dans certains albums, les loups sont représentés à la manière des humains (anthropomorphisme).
  • Rechercher les albums qui dérogent à cette règle. Comment est constituée la famille des loups dans les albums ? Mettre en perspective avec les loups des reportages.

Depuis la nuit des temps, le loup est un animal fantasmagorique qui fait peur.
  • Rechercher des éléments qui infirment ou confirment cette crainte. Y a-t-il dans le DVD des loups qui font peur ? Si oui, lesquels et pourquoi ? Pour répondre à cette dernière question, on cherchera dans le texte, dans les images et dans la bande-son (parfois dans les trois en combinaison) des éléments de réponse.


Une illustration audiovisuelle
Laurence Battais, plasticienne, a collaboré à la réalisation du DVD Histoires de loups. Elle a en particulier conduit, au cycle 3, des travaux d'expression graphique et vocale pour l'illustration audiovisuelle de six poèmes contemporains sous la forme d'animations. Elle nous explique ici sur l'exemple de la « Fabliette du mouton » d’Eugène Guillevic la démarche mise en œuvre avec des élèves de CM1.


Dans quel contexte s'est faite l'animation du poème « Fabliette du mouton » avec les élèves ?
Ce projet est né, dans le cadre de la réalisation par le CNDP du DVD Histoires de loups, de l’envie de recueillir sur papier l’imaginaire des enfants et non celui des illustrateurs, de leur offrir la possibilité de mettre en images des poésies destinées à d’autres enfants.
Les propositions faites durant ces ateliers prennent en compte les contraintes liées à l’adaptation audiovisuelle et sont par conséquent cadrées. Mais bien souvent, en cherchant à dépasser ou à contourner les contraintes, les enfants sont amenés à découvrir de nouvelles démarches plastiques.
Les domaines concernés ont été les arts visuels et la maîtrise du langage oral.

Extrait de l'animation du poème « Fabliette du mouton »
Dans ce cadre, l'animation (Media Player, 1 Mo) du poème Fabliette du mouton d’Eugène Guillevic a été réalisée avec une classe de CM1 de l’académie de Paris.










Quelles pistes plastiques ce texte a-t-il permis d’ouvrir ?
Dans ce poème de Guillevic, j’ai retenu tout particulièrement les caractères antagonistes des deux personnages, marqués entre autres par cette structuration en deux strophes et leurs descriptions caricaturales. Plus mort que vif, déjà dévoré par la peur avant d’être croqué par le loup, le mouton est exagérément ridicule face à un loup rapide et cruel comme la chute du poème.
Cette représentation caricaturale, qui n’est pas sans rappeler l’imagerie traditionnelle, est naturellement le thème de cette action interdisciplinaire.
Par conséquent, les objectifs poursuivis ont été la découverte des codes de représentation spécifiques à la caricature et la ré-appropriation de ces codes. Plus concrètement, les élèves ont été amenés à repérer une ou plusieurs caractéristiques du loup ou du mouton et à trouver les modes opératoires pour les mettre en avant.

Comment ce projet s’est-il mis en place avec les élèves ?
Avec leur institutrice, nous leur avons présenté les différentes phases du travail : découverte du poème, illustration, mise en voix et montage par des techniciens. Nous avons insisté tout particulièrement sur l’aspect collectif de ce projet où leurs travaux participent d’un ensemble.
Les élèves, très excités à l’idée de participer à la création d’un DVD, ont posé de nombreuses questions techniques sur la création, des images (leurs travaux) à l’animation, de l’enregistrement de leurs voix au mixage.

Pouvez-vous nous décrire les points saillants de la réalisation des dessins ?
Les élèves étaient répartis en deux groupes : le premier avait pour mission de représenter le loup, le deuxième, le mouton.
A commencé un temps de doute et de questionnements très important pour les élèves : ils cherchaient à vérifier auprès de moi la validité de leurs intentions. Il s’agissait alors de les encourager dans une démarche personnelle, faite de tâtonnements, sans induire de réponses. Cependant, certains blocages communs ont nécessité d’entrecouper ce temps de recherche individuelle par un temps de recherche collective.
Les allers-retours entre la lecture et les mises en images ont été pour les élèves autant d’éclairages pour comprendre le poème. Les productions plastiques ont mis à jour certaines divergences ; les élèves ont confronté à l’oral leurs compréhensions et interprétations du texte.
Par exemple : le loup est représenté avec le mouton (il ne l’a pas encore mangé), le loup est représenté en train de manger le mouton (du sang coule de sa gueule), le loup a fini son repas, il repart en laissant derrière lui la carcasse du mouton !
Certains élèves ne parvenaient pas, sur le plan technique, à représenter leur personnage de profil. Bien souvent, les vues se mélangeaient, leur vision d’un objet de profil n’était pas claire. En réponse à ce besoin spécifique, j’ai invité l’un d’entre eux à nous servir de modèle et à adopter différentes poses, de face, de dos, de profil, de trois quarts, à gauche, à droite. Les élèves ont alors énuméré les parties du corps visibles et celles qui ne l’étaient pas. L’observation de la réalité facilite son appropriation.

D’autres ne sont pas parvenus à se détacher du souci du réalisme et donc à représenter ce loup ou ce mouton de manière caricaturale. Il aurait fallu les inviter à nouveau à s’affranchir de la réalité, à la transformer, en travaillant plus spécifiquement sur l’expressivité de la couleur ou du geste.

Comment les élèves ont-ils évalué leur travail ?
Les élèves se sont regroupés autour de leurs travaux disposés sur le sol pour les observer, les comparer et les commenter. Ce temps d’échange est essentiel : il permet de préciser le vocabulaire employé par les élèves, de faire le point sur les solutions mises en place et d’identifier les techniques utilisées. J’ai stimulé les élèves en leur posant différentes questions, par exemple : « Quel est d’après vous, parmi tous ces loups, le plus caricatural ? Pourquoi ? », « Comment avez-vous fait pour représenter la grande taille de ce loup ? », « Y a-t-il d’autres moyens que d’exagérer un détail pour caricaturer ce loup ? ».

Les réponses obtenues sont multiples ; voici pour exemples quelques-uns des procédés employés par les élèves :
  • exagération et/ou simplification de certains détails : mise en valeur, pour le loup, de son museau, de ses dents, de ses griffes et, pour le mouton, essentiellement de sa laine ;
  • rupture d’échelle entre le loup et le mouton pour accentuer la taille du loup et inversement ;
  • jeux sur le cadrage (exemple : un cadrage serré sur la gueule du loup pour accentuer un effet) ;
  • jeux sur les tracés : droits/courbés, lourds/légers, raides/souples, épais/fins, statiques/dynamiques, opaques/transparents, etc. ;
  • humanisation des personnages.

Dans le cadre de ce projet, les élèves ont-ils rencontré des œuvres d’artistes ?
La recherche des élèves a en effet été enrichie par l’apport de portraits réalisés par des artistes. Je leur ai montré des reproductions d’œuvres particulièrement expressives. Cela a été pour eux l’occasion de découvrir des procédés et d’envisager de les utiliser.
Pour le groupe ayant travaillé sur le personnage du mouton, Le cri (Edvard Munch, 1893) m’a permis d’attirer leur attention sur la relation entre la forme et le fond. Les lignes de la bouche ouverte convergent avec celles du paysage et accentuent ainsi la violence du cri (échos, résonances).
D’autres reproductions d’œuvres ont été présentées :
  • Scène de rue dans Berlin, Georg Grosz, 1930 ;
  • Le Portement de croix avec sainte Véronique, Jérôme Bosch, 1508 ;
  • Louis Philippe, Charles Philippon, 1831, portraits réalisés pour Le Charivari ;
  • Études de têtes grotesques, Léonard de Vinci, 1452-1519.
Cette liste n’est pas exhaustive : on aurait pu aussi introduire des dessins de presse ou de bandes dessinées.
La comparaison d’œuvres traitant d’un sujet commun offre aux enfants un moyen supplémentaire de repérer diverses qualités expressives. Pour que les enfants s’approprient cette phase d’observation, on peut les inviter à réaliser une troisième version dissemblable.
Voici par exemple des portraits d’une même personne réalisés par deux artistes différents :
  • Portrait du pape Innocent X, Diego de Sylva y Vélasquez, et Étude d’après le portrait du pape Innocent X de Vélasquez, Francis Bacon, 1953.
  • Marylin Monroe, Andy Warhol, et Marylin Monroe, Willem De Kooning, 1954.

Dans quelles conditions matérielles les dessins ont-ils été réalisés ?
Les élèves ont travaillé sur de larges tables afin de pouvoir réaliser de grands formats et de disposer à portée de main des outils et des matériaux. Un endroit de la salle-atelier était réservé au stockage et surtout au séchage des travaux nécessitant beaucoup d’espace.

Le groupe travaillant sur le personnage du loup a utilisé :
  • de la gouache de couleur noire, blanche, rouge et jaune ;
  • des feuilles épaisses (+ de 180 g) de format A4 (deux par élève) ;
  • des brosses et des pinceaux de différentes tailles ;
  • des fusains ;
  • des chiffons.

Le groupe travaillant sur le personnage du mouton a utilisé :
  • de la gouache, de couleur noire et blanche uniquement ;
  • de l’encre de Chine ;
  • des feuilles épaisses (+ de 180 g) de format A4 (deux par élève) ;
  • des brosses et des pinceaux de différentes tailles ;
  • des plumes de différents calibres ;
  • des chiffons.

Face à cette diversité d’outils et de matériaux, les élèves ont dû effectuer des choix. Ils pouvaient, en fonction d’une intention précise, les mélanger ou les utiliser indépendamment.

Quel travail avez-vous mis en œuvre pour la mise en voix du poème ?
Il faut préciser qu’au stade de « dire le poème » les élèves le connaissaient par cœur, ce qui a grandement facilité le travail de musicalité et d’interprétation.
Après un échauffement vocal des élèves d’une quinzaine de minutes, j’ai eu recours à de petits exercices empruntés aux techniques d’expression théâtrale.
Les exercices amènent progressivement les élèves à souligner le caractère antagoniste des personnages. Je les ai invités tout d’abord à réciter le poème en exagérant le rythme, l’intensité ou les sonorités. Ces exercices pleins d’humour rencontrent un très vif succès. Les élèves prennent plaisir à sentir dans leur bouche les tremblements et la résonance d’une série de « mmmmmmmmmmmmm » ou de « moumoumoumoumoumoumou » ou encore à réciter la première strophe lentement, à faible voix, comme s’ils étaient endormis.
Puis, ils nuancent leurs interprétations et précisent certains points comme l’attaque de la seconde strophe.
Autres exemples d’exercices :
« Quelles sont, d’après vous, les démarches du loup et du mouton ? »
« Déplacez-vous en adoptant l’attitude physique du mouton. »
« Déplacez-vous en adoptant l’attitude physique du loup. »

Suite à ce travail, les élèves ont rencontré l’ingénieur du son qui leur a présenté le matériel. Les consignes étaient très strictes : les élèves se plaçaient à tour de rôle face au microphone ; pendant les prises, les autres élèves écoutaient en silence.


Sélection documentaire
Les albums du DVD
Cette section indique les albums dont la version animée est portée dans le DVD et les vidéocassettes de la collection « Raconte-moi...  » dans lesquelles on trouve également ces adaptations.
Albums édités dans la vidéocassette « Histoires de loups »
COLMONT  Marie  (aut.) ; MULLER  Gerda  (illustr.)
Marlaguette
Paris : Père Castor / Flammarion, 2002.
Un jour que Marlaguette s'en va cueillir des champignons au fond des bois, elle est attaquée par un loup qui l'emmène dans sa caverne. Au cours de la bataille, le loup est blessé. Marlaguette a un grand c¢ur, elle décide de le soigner. Mais un loup peut-il être domestiqué ?
DELAUNAY  Jacqueline 
Rebelle le loup
Paris : Syros Jeunesse, 1999.
Rebelle a dû quitter son territoire et les siens. Il erre à travers les gigantesques espaces du Grand Nord, à la recherche de gibier et de nouveaux compagnons. Mais pour être accepté au sein d'une meute, il devra faire ses preuves...
HEITZ  Bruno 
Les Loupiots et l'Agneau
Paris : Hachette Jeunesse, 1989.
Lorsqu'un mouton devient ami avec des loups, l'ordre des choses est perturbé. Dès lors, comment choisir son camp ? Comment retrouver la place qui est la sienne ? Une histoire qui permet de s'interroger sur l'identité.
JUDES  Marie-Odile  (aut.) ; BOURRE  Martine  (illustr.)
Maxime Loupiot
Paris : Père Castor / Flammarion, 2001.
Maxime, le fils Loupiot, n'aime pas la chasse ; il envisage une carrière de fleuriste ! Quelle indignité pour un loup ! Du père ou du fils, lequel des deux aura le dernier mot ?
DE PENNART  Geoffroy 
Le Loup est revenu !
Paris : Kaléidocope, 1994.
La forêt est en émoi : il paraît que le loup est revenu ! À mesure que la rumeur se propage, les animaux accourent se réfugier chez Monsieur Lapin... À votre avis, quel sera le dernier invité à frapper à la porte ?
DE PENNART  Geoffroy 
Le Loup sentimental
Paris : Kaléidocope, 1998.
Lorsqu'on est un loup, un vrai, on doit manger le petit chaperon rouge, dévorer Pierre et se repaître des trois petits cochons. Mais voilà, Lucas est un loup sentimental, alors...
STEHR  Frédéric 
Monsieur Leloup est amoureux
Paris : Milan, 1996.
Au fond d'une forêt épaisse, habite monsieur Leloup. Il est seul depuis si longtemps qu'il en a oublié le plaisir de vivre avec les autres. Mais, un jour d'automne, une louve inconnue s'installe dans la tanière voisine avec ses deux louveteaux...

Albums édités dans la vidéocassette « Adorables voyous et petites chipies »
MATTER  Philippe 
Mini-Loup en vacances
Paris : Hachette Jeunesse, 2000.
Mini-Loup, Anicet et Mini-Pic partent en vacances, malheureusement accompagnés de la petite s¢ur hérissonne. Les trois garnements essaient de l'ignorer, mais Raphaëlle a plus d'un tour dans son sac pour se faire entendre.

Albums édités dans la vidéocassette « Grands héros et petites peurs »
DE PENNART  Geoffroy 
Je suis revenu !
Paris : Kaléidocope, 1999.
Les victimes du terrible loup sont toutes désignées : les petits cochons et les sept chevreaux. Mais aucun d'eux ne montre le bout de son nez ! Tel sera pris qui croyait prendre.

Autre
MATTER  Philippe 
Drôle de Noël pour Mini-Loup
Paris : Hachette Jeunesse, 2000.
Qui n'a jamais rêvé de rencontrer le Père Noël et son renne ? Mais si, à Noël, tout est permis, emprunter le traîneau du père Noël pour s'amuser vous entraîne dans une drôle d'aventure ! Surtout que les rennes, parfaits au décollage, sont nettement moins bons à l'atterrissage. Mini-Loup, Anicet et Mini-Pic vont en faire la triste expérience. Réussiront-ils tout de même à avoir un cadeau pour Noël ?
Liste de référence des ¢uvres de littérature pour la jeunesse 2004
La liste de référence d'ouvrages de littérature pour le cycle 3(PDF, 780 ko), publiée en document d'accompagnement des programmes, propose plusieurs ouvrages mettant en scène le loup. Pour chacun est délivré un commentaire informatif et pédagogique.

Les livres concernés sont :
La Chèvre de monsieur Seguin
Six éditions sont proposées pour cette histoire, p. 80 de la sélection.
Le Roman de Renard ou Le Roman de Renart
Six éditions sont proposées pour cette histoire, p. 110 de la sélection.
FRANEK  Claire 
Qui est au bout du fil ?
Paris : éditions du Rouergue
P. 14 de la sélection.
GENEVOIX  Maurice  ; DAUTREMER  Rebecca 
La Chèvre aux loups
Paris : Gautier-Languereau
P. 86 de la sélection.
MEDDAUGH  Susan 
Le Loup, mon ¢il
Paris : Autrement Jeunesse
P. 19 de la sélection.
PENNAC  Daniel  ; FERRANDEZ  Jacques  (ill.)
L'¢il du loup
Paris : Nathan Jeunesse, Paris : Pocket Jeunesse
P. 100 de la sélection.
PRADO  Miguelanxo 
Pierre et le Loup
Paris : Casterman
P. 35 de la sélection.
WAECHTER  Friedrich-Karl 
Le Loup rouge
Paris : L'école des loisirs
P. 27 de la sélection.
Ouvrage documentaire
DELFOUR  Julie 
Vivre avec le loup
Loiret : éditions Hesse, 2004.
Réalisé en partenariat avec l'Organisation mondiale pour la nature (WWF France), cet ouvrage retrace l'histoire et les conséquences du retour du grand prédateur. Il présente les mesures prises en faveur de la profession pastorale et développe également les actions des réserves, des parcs naturels et de techniciens d'associations pour rechercher les conditions d'une cohabitation durable entre le monde pastoral et le loup.
À consulter sur le Net
MALZIEU  Suzy  ; RAYSSAC  Colette 
Livret Attire-Lire : Le loup est revenu !
Mérignac : CDDP de la Gironde
Web  http://crdp.ac-bordeaux.fr/cddp33/attirelire/somatirelire.asp
(PDF, 220 ko)
Des séquences pédagogiques pour la lecture au CP (2e trimestre) autour de l'ouvrage Le loup est revenu !
Livrjeun
Web  www.livrjeun.tm.fr/
[Consulté le 16 février 2005].
Cette base de données est un vaste corpus d'analyses d'ouvrages pour la jeunesse qui permet d'obtenir des informations critiques sur l'ensemble de la production éditoriale francophone depuis 1984. Utilisez les formulaires de la rubrique « Recherche » pour trouver les analyses d'ouvrages traitant du loup.
Ricochet
Web  www.ricochet-jeunes.org/
[Consulté le 21 septembre 2005].
Le Centre international d'études en littérature pour la jeunesse offre un site très riche sur la littérature pour la jeunesse. Vous y trouverez une sélection thématique d'environ cent vingt ouvrages ainsi qu'une bibliographie sur le loup.
COLOMBEL  Olivia 
Minithèses : Le loup
Web  www.univ-lille3.fr/jeunet/
[Consulté le 16 février 2005].
Ce document (1997) en trois parties (Le loup dans l'histoire, Le loup dans la littérature, Vers une réhabilitation du loup), pointé dans la thématique « Nature », mérite d'être consulté, en particulier pour un traitement riche et synthétique du loup en littérature.
JACQUARD  Virginie 
Dossier bibliographique sur Geoffroy de Pennart
Web  www.univ-lille3.fr/jeunet/
[Consulté le 16 février 2005].
Ce document (2003) apporte informations et analyses sur Geoffroy de Pennart et son ¢uvre (sa biographie, ses inspirations, les personnages de ses albums, la structure des récits et les techniques de mise en valeur, sa bibliographie). Il pourra être utile pour préparer des séquences à partir de trois des albums de Geoffroy de Pennart retenus dans le DVD Histoires de loups (voir en haut de page « Les albums du DVD »).

À propos de ce dossier


Ce dossier vient en accompagnement pédagogique du DVD Histoires de loups de la collection « Raconte-moi... ».
Il propose des pistes pédagogiques ainsi que des références documentaires en adéquation avec les programmes de l’école, dans les domaines de la lecture et de l'interprétation des images, du langage, de la découverte du monde, des sciences et de l'éducation artistique.

Ce dossier a été réalisé par le SCÉRÉN-CNDP.

Directeur de publication : Alain Coulon, directeur général

Coordination, suivi éditorial et réalisation : SnPIN (SCÉRÉN-CNDP)

Expertise pédagogique : Catherine Delarue, professeur de lettres classiques, IUFM de Créteil

Secrétariat de rédaction : Catherine Maugé

Auteurs 
Jean-Pierre Auclaire, instituteur, chef de projet au SnPIN
Laurence Battais, plasticienne, animatrice TIC à la Cité des sciences et de l'industrie
Catherine Delarue







Documents
contenu

Page d’accueil
Rubriques
Séquences autonomes
Nature des images
Séquence d’introduction


3D (voix off/in à la fin)
Le coffre
Les albums
(hasard)
Les Loupiots et l’Agneau
Mini-Loup en vacances
Drôle de Noël pour Mini-Loup
Le Loup est revenu
Le Loup sentimental
Je suis revenu !
Monsieur Leloup est amoureux
Marlaguette
Maxime Loupiot
Rebelle le loup
Albums animés à partir d’albums de littérature pour la jeunesse.
La bibliothèque
Les albums
(choix)
Idem.
Idem.
Les fables
Le loup et le chien
Le loup et l’agneau
Dessins (collages) animés originaux (voix off).
Les poésies
Fabliette du mouton
Une peur étonnée
Il était si loin... je l’ai à peine vu
Le loup de Poméranie
Le loup vexé
La Lune, le Lac et le Loup
Dessins d’enfants mis en animation (voix off).
L’album photo

Images extraites des différentes séquences.
La salle des reportages

Qui ?
Quoi ?
Comment ?
Combien ?
Pourquoi ?
Images documentaires.
Cinq reportages sur les loups dans leur milieu naturel.
La salle des contes
Les Trois Petits Cochons

Contes dits par un conteur (voix in).
La Chèvre et ses Sept Biquets

La salle de spectacle
Le théâtre de papier
Le Loup sentimental
Marionnettes filmées (voix off).
Les coulisses
Images documentaires.
Le castelet
Images documentaires.
Le théâtre de marionnettes
Un loup dans un livre
Noémie
Les Trois Petits Cochons
La Ville
Les Inuits
Marionnettes filmées (voix off).





Fabliette du mouton
Un mouton tout moutonneux
Et tout aussi moutonnant
Moutonnait frileusement
Sous son vêtement laineux.

Un grand loup pas louvoyant
Mit fin à ce tremblement.


Extrait du recueil Fabliettes, Eugène Guillevic,
collection « Folio Benjamin », Gallimard, 1981

© SCÉRÉN - CNDP 
Créé en mars 2005. Actualisé en septembre 2005 - Tous droits réservés. Limitation à l'usage non commercial, privé ou scolaire.