Fiches « connaissances »
 
Mélanges et solutions
1. Programme
Cycle II : l'eau dans la vie quotidienne
Cycle III : exemples de mélanges et solutions réalisables en classe. Qualité de l'eau.

2. Difficultés provenant des liens avec le vocabulaire courant 
Les substantifs « solution » et « dissolution » correspondent au verbe « se dissoudre » ; « solution » correspond aussi au verbe « résoudre » (solution d'un problème).
Le langage courant confond systématiquement « dissoudre » et « fondre » : on dit couramment que le sel et le sucre fondent dans l'eau, alors qu'ils se dissolvent. (La fusion est le changement d'état solide/liquide).
Pour ce qui concerne la distinction « mélange - solution », se reporter au paragraphe 7.

3. Difficultés provenant des idées préalables des élèves 
La conservation de la matière lors d'une dissolution n'est pas perçue par les élèves, qui pensent que le sel et le sucre « disparaissent » lorsqu'on les dissout dans l'eau.
Les élèves confondent en général eau limpide, pure, transparente, potable, propre. Une eau parfaitement limpide peut contenir des substances dissoutes, alors que les élèves la considèrent comme « pure ». Ainsi, l'eau minérale et l'eau du robinet contiennent des substances dissoutes (substances citées sur l'étiquette de la bouteille pour l'eau minérale, calcaire, entre autres, pour l'eau du robinet). Une eau limpide peut ne pas être potable (si elle contient des substances dissoutes toxiques ou en quantité excessive, ou encore des micro-organismes dangereux).

4. Quelques écueils à éviter lors des manipulations 
Il est préférable de se limiter, à l'école primaire, à des situations simples : mélanges hétérogènes dont on peut séparer les constituants par décantation ou filtration ; solutions de sucre ou de sel de cuisine dans l'eau, ... (Conservation de la masse totale, obtention à nouveau de la substance dissoute par ébullition ou évaporation lorsque cela est possible).
Une eau trouble contient des matières solides en suspension. Par décantation ou filtration on peut obtenir une eau limpide ; les élèves pensent que ce liquide est de l'eau pure alors qu'il contient en général encore des substances dissoutes. L'eau « distillée » vendue en droguerie est, elle, proche de l'eau « pure » des chimistes. Pour des raisons de sécurité, il convient d'attirer l'attention des élèves sur le fait qu'il existe des liquides limpides incolores qui ne sont pas de l'eau, et qui peuvent être dangereux, tels que l'alcool à 90° ou l'eau oxygénée.

5. Connaissances
Certains gaz, certains liquides, certains solides, peuvent se dissoudre dans l'eau en quantité appréciable (dissolution).
Lors d'un mélange ou d'une dissolution, la quantité de matière, et donc la masse, se conservent.

6. Autres notions liées
Conservation de la masse. Voir fiche « états de la matière ».

7. Pour en savoir plus 
La masse d'une substance qui peut être dissoute dans un volume déterminé d'eau est limitée : à une température donnée, lorsque la solution est saturée, si l'on cherche à dissoudre encore plus de substance, elle ne se dissout plus.
La vie courante offre de nombreux exemples de mélanges : solide/gaz (fumée : mélange d'un gaz et de particules solides), mélanges gazeux (tel que l'air), liquide/gaz (mousse, aérosol, brouillard), émulsions (telle que l'émulsion huile/vinaigre)...
L'interprétation des différents phénomènes en termes de particules (atomes, molécules, ions) ne sera abordée qu'au collège.
Distinction mélange/solution : ces deux mots sont employés dans le libellé du programme. La distinction entre eux n'est pas une distinction scientifique fondamentale, mais une simple distinction d'usage. Lorsqu'on parle d'un ensemble hétérogène (eau boueuse, fumée) on emploie toujours le terme mélange. Dans le cas d'un ensemble homogène solide, liquide ou gazeux, on parle aussi de mélange (mélange eau/alcool, mélange gazeux tel que l'air). Mais, dans ce deuxième cas seulement, et pour les ensembles liquides ou solides seulement, on peut employer le terme solution lorsque l'un des composants joue un rôle clairement différent des autres. Ainsi, pour l'eau salée, l'eau est appelée « solvant », le sel « soluté », et l'on parle de solution de sel dans l'eau. Il en est de même pour le sucre et l'eau. Il est clair que les termes « homogène, hétérogène, solvant, soluté », et la distinction d'usage que les ouvrages scientifiques font entre mélange et solution n'ont à faire l'objet d'aucune étude systématique à l'école primaire. Le maître pourra, lorsqu'il lui semble que cela n'alourdit pas l'expression, employer lui-même les expressions convenables, mais sans en faire l'objet d'un apprentissage.

8. Liens avec les situations concrètes observées dans l'environnement des élèves ; expériences réalisées par les élèves 
Partie intégrante de la démarche pédagogique propre à l'enseignement des sciences à l'école primaire, ces deux aspects ne sont pas traités dans les présentes « fiches connaissances », qui ne sont pas des fiches d'expériences.
Les connaissances énoncées au paragraphe 5 prennent sens pour l'élève s'il les construit au cours de la démarche guidée par le professeur.

Fiche rédigée sous la responsabilité de Jean-Michel BERARD,
Inspecteur général de l'Éducation nationale


© CNDP - École / Sciences et technologie
septembre 2000